Navigation


 Actualités en France


 Retour au forum

Citoyens Français   

Locataire à Paris car les prix sont trop chers

@CitoyensFrOff | Publié jeu 17 Jan - 21:57 | 230 Vues

Le porte-parole du gouvernement explique qu'il est locataire à Paris car les prix immobiliers sont trop chers pour lui permettre d’acheter son appartement.

Dans une longue interview accordée à Brutmercredi 16 janvier, le Secrétaire d'Etat et porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux s'est notamment confié sur ses revenus et sa situation de locataire. "Je gagne 7.900 euros nets" par mois, confie-t-il. "Je gagne très bien ma vie. Et je ne vais pas me plaindre. C'est formidable", indique-t-il. En revanche, il pointe du doigt la cherté du logement dans la capitale. "Je suis locataire, je ne suis pas propriétaire à Paris. Parce que le prix du mètre carré est trop cher. Je n'ai pas hérité. Je n'ai pas d'argent caché", assure-t-il. Ses propos collent-ils à la réalité de sa situation personnelle ?

Effectivement, la rémunération d'un Secrétaire d'Etat, fixée par un décret de 2012, s'élève à 9.943 euros brut par mois. Ce qui correspond globalement au montant net avancé par le secrétaire d'Etat. Précisons que lorsqu'il était directeur de la communication d'Unibail Rodamco, il émargeait en 2016 à 174.588 euros nets par an, soit près de 14.600 euros nets par mois

Le patrimoine de Benjamin Griveaux non négligeable

D'autres éléments de la déclaration de patrimoine de Benjamin Griveaux auprès de la HATVP, transmise en décembre 2017, peuvent aussi laisser penser que le ministre aurait les moyens d'acheter dans la capitale. Car le porte-parole du gouvernement dispose d’un patrimoine substantiel. Il détenait ainsi fin 2017 pour 375.000 euros de biens immobiliers. Avec ses autres actifs (principalement des comptes-titres et des comptes courants), Benjamin Griveaux disposait de 600.176 euros de patrimoine brut, pour une dette de 273.198 euros. Soit 326.978 euros de patrimoine net.

Certes, sur ce montant, tout n'est pas forcément vendable immédiatement. En effet, et c'est contradictoire avec le fait qu'il indique ne pas avoir hérité, le ministre détient en nue-propriété des parts dans cinq biens (un garage, deux maisons et deux locaux commerciaux) pour une valeur totale de 135.000 euros. Des biens obtenus par le biais de succession et de donation. Si on met ce patrimoine en nue-propriété de côté, Benjamin Griveaux détient 50% d'une maison de 220 m2 en Saône-et-Loire et ses parts valent 245.000 euros. Il aurait donc bien la possibilité, en revendant ce bien (en supposant que le prix soit resté stable) et en liquidant son prêt immobilier (qui lui coûte 2.193 euros par mois, pour un montant à rembourser qui tournerait aujourd'hui autour de 245.000 euros), tout en faisant appel à ses autres actifs financiers, de débloquer un apport de l'ordre de 220.000 euros afin d'acheter dans la capitale. Nous supposons ici que son patrimoine n’a pas évolué depuis sa déclaration.

Dans cette hypothèse, et avec ses seuls revenus, le ministre pourrait emprunter 586.000 euros sur 25 ans, et financer une transaction de 806.000 euros (frais d'agences et droits de mutation inclus), soit un bien d'environ 74 m2.

S’il lui prenait l’envie de s’offrir un appartement parisien, Benjamin Griveaux pourrait donc l'assumer financièrement. Peut-être pas dans les quartiers les plus prisés de la capitale mais au moins dans le 10ème, l’arrondissement où il a été élu député lors des dernières élections législatives. On peut donc considérer que Benjamin Griveaux est locataire à Paris davantage par choix personnel que par contrainte financière. Même s'il a tout à fait le droit de préférer garder une grande maison en Saône-et-Loire plutôt que de devenir propriétaire d'un petit 4-pièces à Paris.

Patrimoine de Benjamin Griveaux à fin 2017

lavieimmo.com

À propos de l'auteur